Shlømo – Minimal, Minéral Et Progressif… (Interview)

Shlømo est un jeune dj parisien originaire du quartier de Pigalle. Ce qui le définit avant tout, c’est la minimale minérale progressive. Une musique électronique marquée par la forte présence d’ une « mélodie planante en évolution constante ». Nature, images, soleil, goutte d’eau, émotion, nostalgie et souvenirs, tels sont les ingrédients de ses morceaux.

Autodidacte, Shlømo a commencé à produire quelques sons puis s’est vraiment lancé au mois de décembre 2010 en proposant différentes productions mises en ligne sur le web dont son dernier EP Prudence. Alors qu’il fera un Dj set pour la soirée du Nouvel An Belge en partenariat avec le magazine Wad le samedi 24 septembre prochain au bar Le Bel Air (18ème), il nous a accordé un peu de son temps pour nous parler de sa musique, de sa conception, de ses influences mais aussi de ses inspirations (et aspirations). Rencontre.

– Pourquoi la minimale minérale progressive ?

Tout simplement parce que c’est une musique qui allie la rythmique et l’aérien avec une part très importante de mélodie. La minimale minérale progressive, c’est de la “musique à vapeur”. J’utilise pas mal de sons de xylophone qui ont l’effet d’une onde ou d’une goutte d’eau à l’oreille. Bref, quand tu écoutes mes sons et que tu fermes les yeux, tu te retrouves dans la nature. Si tu ne ressens pas ça, c’est que tu n’as pas compris.J’adore un groupe qui s’appelle Boards Of Canada. Il joue beaucoup sur les nappes et la mélodie sans trop de montées ni trop de descentes. Quand j’ai entendu un de leurs premiers titres, ça m’a beaucoup inspiré et donné envie de mélanger les mélodies.

– Quelles sont tes autres influences musicales ?

Je m’inspire d’artistes comme Gui Boratto ou Pantha Du Prince qui arrivent à mélanger rythmique et mélodie. Je m’inspire aussi de Ludovico Einaudi en classique contemporain. Honnêtement, j’écoute de tout : Agoria, Tricky, Dusty Kid… Récemment, j’ai même remixé de la folk avec une chanson de Bon Iver parce qu’elle a ce côté triste et mélodique très « minimale ».

Quand tu as l’idée de faire un remix, tu ressens le morceau autrement. Tu vois des découpes qui te permettent de le changer complètement. Après, c’est vrai que j’adorerais surprendre les gens en faisant un remix de morceau pop comme Britney Spears.

Je suis très touché par un mec comme Jamie XX (du groupe The XX) qui arrive à remixer un album entier de Gil Scott-Heron tout en gardant son univers et en l’incorporant au sien. Il arrive à garder sa patte. Je trouve ça génial. D’ailleurs, l’album de The XX a été littéralement une claque quand je l’ai découvert. C’est comme de la pop minimale très douce mais très puissante à la fois.

– Quand j’écoute ta musique, je l’associe à des scènes de films comme ceux de Sofia Coppola avec Air…

J’adore Air. Si tu me dis que ma musique te fait penser à Air, je suis super flatté. Air, pour moi, c’est la musique classique du 21ème siècle. Playground Love est un son formidable et intemporel. J’aime aussi Daft Punk. Chez eux, il y a un morceau incroyable : Emotion. J’ai d’ailleurs fait un son qui s’appelle ABC Sky. Quand tu l’écoutes, tu es complètement dans les nuages. Cette chanson, c’est mon Emotion.

De toute façon, à l’origine, je suis fasciné par les musiques de film. Tu as une vision complète avec l’image. Une scène, un départ, une arrivée. Quand j’étais jeune, j’étais le seul de mes potes à écouter les B.O d’Éric Serra pour les films de Luc Besson. Du coup, à chaque fois que je fais une chanson, j’imagine le clip et les images.

– As-tu un exemple à nous donner ?

Quand j’ai composé mon morceau Running Sun, j’ai imaginé tout de suite quelqu’un courir dans les bois avec le soleil qui le flashe de temps en temps. Si je fais une chanson et que je n’ai pas d’image, je ne sais pas où je vais.

Par exemple, quand j’écoute un son comme Dayvan Cow Boy (de Boards Of Canada), c’est dingue mais j’imagine le cycle de la vie ! Je vois un mec qui sort du placenta et qui va jusque dans son cercueil. Pour moi c’est ça la musique, c’est une émotion, une expérience. Si je ne ressentais pas ça, je ne ferais pas de musique.

– Tu n’as jamais eu l’envie de rendre ton son plus électro, plus « violent » en somme ?

Je ne ressens pas autant de plaisir à le faire. Je préfère l’évolution constante et l’attente que te procure la minimale progressive. Il y a des gens qui peuvent penser que ce n’est qu’une musique d’ambiance. Pour moi la musique d’ambiance, c’est les compilations Costes façon “chill out”. Ce type de musique ne me touche pas du tout. C’est un peu de la musique d’ascenseur à mon avis.

Justement à travers les nappes que je fais, je mise tout sur les mélodies et ça n’a rien à voir avec une musique d’ambiance. En revanche, j’ai l’envie d’intégrer des voix à mes morceaux. Une belle voix comme celle de Lykke Li à la fois triste et planante qui rejoint parfaitement mon univers.

– Donc pour toi la musique, c’est mélancolie et nostalgie…

Oui mais pas seulement. Je suis hyper-nostalgique de tout, c’est vrai, car la musique est marquée dans le temps. C’est un souvenir, comme un spleen même si le mot peut être péjoratif. Mais il peut aussi y avoir de la bonne nostalgie. La plupart de mes sons est liée à des instants que j’ai passés avec des gens que j’apprécie. Ma musique transpose des émotions. Parfois, ça n’est pas très précis. Ça correspond juste à un état d’esprit à un moment donné. Un bien-être en général.

– C’est ce bien-être que tu veux transmettre aux gens qui écoutent ta musique ?

Pour moi l’essentiel, c’est que les gens écoutent mon son et qu’ils l’apprécient. Le mieux serait qu’ils l’écoutent chez eux, en rentrant le soir après une dure journée pour se relaxer. C’est une musique qui peut aussi t’accompagner toute la journée ; c’est comme ta petite cigarette du matin… C’est un petit plus qui t’offre un moment de réflexion et te rappelle plein de choses.

Ep PRUDENCE en écoute ci-dessous. SHLØMO fera un Dj set le 24 septembre prochain au bar Bel Air dans le 18ème arrondissement pour la soirée LE NOUVEL AN BELGE X WAD. Allez faire un tour !

3 comments

  1. Pingback: Shlømo – Minimal, Minéral Et Progressif… (Interview) « Street Blabber | Veille360 close and minimalist | Scoop.it

  2. Pingback: Raise magazine Party @ Divan du Monde (Paris) « Street Blabber

  3. Pingback: Cassie Vs. Shlømo – Me & U (Street Blabber Chilling Dawn Remix) |

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: