“New York 77 : The Coolest Year In Hell”

NY 77 : The Coolest Year In Hell” est un documentaire réalisé par Henry Corra qui retrace l’histoire de New York à la fin des années 70. Si l’année 1977 est si particulière à la ville qui ne dort jamais, c’est bien pour plusieurs raisons. Tout d’abord, depuis 1975, New York est en pleine crise financière. Submergée de dettes publiques s’élevant à plus de 200 millions de dollars, la ville est littéralement au bord de la faillite. C’est donc dans un chaos et une véritable jungle urbaine indescriptibles que la population essaie de (sur)vivre à travers le crime, la corruption et le chômage.

C’est aussi pendant ces années terribles que sont apparus les plus grands mouvements populaires musicaux et artistiques : le Pop Art, le Graffiti, le Punk, Le Funk, le Disco ou encore le Hip Hop. La ville développe une telle décadence qu’elle va être malgré elle l’épicentre de la culture underground matérialisée par des lieux comme le CBGB’s, The Loft, le Studio 54 ou The Garage ; des lieux où gays, hétéros, noirs, blancs, riches ou pauvres aimaient à se rencontrer et à faire la fête ensemble cassant ainsi les barrières sociales de l’époque. (Voir notre article sur la scène Club New Yorkaise des 80’s ainsi que notre article sur le documentaire Paris Is Burning de Jennie Livingston sur l’avènement du Voguing à NY)

Et que dire du quartier de Times Square, La Mecque luminescente du Porno superstar, où prostituées et cinémas X florissent à chaque coin de rue, alors que des quartiers comme Harlem ou le Bronx sont laissés à l’abandon dans des états insalubres… New York dans les années 70 ou le royaume de l’Anarchie. Cette période sera particulièrement marquée par l’année 1977, plus exactement le 13 et 14 juillet. Alors que la ville subit une des plus fortes canicules de son histoire, le 13 juillet au soir, New York pète les plombs. En quelques minutes, la ville se retrouve dans le noir total et subit le blackout le plus dévastateur de son histoire. Appelée par les historiens et les medias les 25 heures de terreur, l’immense coupure d’électricité va provoquer une vague de violence, de vols, de sacages, d’incendies et de révoltes sans précédent dans tous les quartiers, probablement symboles revendicatifs d’un ras-le-bol général. (Voir notre article portfolio sur la journée du Blackout)

C’est cet épisode majeur, pourtant peu relaté et entrecoupé de nombreuses autres anecdotes (block parties, disco fever, le tueur en série Sam’s Murder) que traite en grande partie le documentaire de Henry Corra, qui s’avère être le must-see d’une vie pour tous les amoureux de la Big Apple et de la contre-culture musicale et artistique. (Voir notre article sur Downtown Calling : film hommage au NY des 70’s) Vous pouvez bien sûr voir le film ci-dessous en intégralité (1h20 environ) ou le trailer pour vous donner une idée et vous faire saliver…

(Voir notre dossier complet spécial New York : New York Files / A Tribute To The City)

4 comments

  1. Pingback: « Downtown Calling  : New York 1977-1985 « Street Blabber

  2. Pingback: Page non trouvée « Street Blabber

  3. Pingback: New York City Blackout 1977 (Portfolio) « Street Blabber

  4. alex

    Waouhh, merci StreetBlabber, ça arrive pas tous les jours de se faire remettre les idées en place aussi simplement… ça fait du bien de voir ça.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: